LA GENÈSE DE LA MANUFACTURE

jean pierre pernault

L'ORIGINE


Le 1er mai 2000 à 13h, est diffusé sur TF1 un reportage sur l'entreprise
BOHIN France. Dès le lendemain, les personnes affluent dans la cour de l'usine :
BOHIN France devient "patrimoine des français".

Les demandes de visite augmentent et le personnel de l'entreprise s'improvise guide. Face à cette demande du public (2000 personnes par an sans publicité) et leur envie d'en connaitre davantage sur cet objet, l'idée de créer un musée vint tout naturellement à l'esprit de Didier Vrac, ancien président de BOHIN France. 

De fil en aiguille, il fait la rencontre de François CONFINO, un talentueux muséographe connu dans le monde entier, qui tombe sous le charme du projet.



CONSERVER UN PATRIMOINE FRANÇAIS


Les objectifs de La Manufacture Bohin sont bien évidemment de faire découvrir la fabrication de cet objet usuel et également de conserver le patrimoine et
la mémoire industrielle de toute une région.  Jean Sellier, Président de la Communauté de Communes du Pays de L'Aigle et maire de
Saint-Sulpice-sur-Risle, soutient l’idée de Didier VRAC dès le début : il souhaite conserver la vie économique dans un grand bâtiment comme celui de BOHIN, doté de presque de 10 000m2 de planchers et avec beaucoup de charges fixes ainsi que de travaux à prévoir pour tenir en état ces bâtiments ancestraux. Dès le début, il y a également vu un formidable projet touristique pour toute la région de L'Aigle
et pour la Normandie.


françois confino et didier vrac
inauguration manufacture bohin

PATRIMOINE ET TOURISME


Le projet voit le jour grâce au montage d'un partenariat public-privé :
la Communauté de Communes du Pays de L'Aigle est maîtrise d'ouvrage du projet tandis que la gestion de l'établissement est assurée par une société privée aujourd’hui dirigée par Audrey REGNIER, Directrice Générale BOHIN France.

RECEVEZ NOS ACTUALITÉS

S'inscrire Merci
Merci pour votre abonnement!